Rechercher

#Permaculture4Organizations

Dernière mise à jour : 23 nov.

Notre objectif est de vous présenter la structure globale, le parcours et les principes clés du concept de #Permaculture4Organizations. Nous sommes convaincus qu'avec une conscience "éco-systémique" (pour reprendre le concept d'Otto Scharmer et du Presencing Institute), les dirigeants ou porteurs de projets d'aujourd'hui et de demain seront en mesure de comprendre et d'appliquer une stratégie de "bien-être pour tous", comme celle qui sous-tend la #Permaculture4Organizations.

Dans le contexte actuel, il faut reconnaître qu'il est de plus en plus difficile de planifier et de définir des stratégies pour l'avenir d'une entreprise (ou d'un projet). Les dirigeants sont mis dans une situation où, pour répondre aux attentes des actionnaires (ou des partenaires), ils doivent définir une stratégie et affirmer qu'ils atteindront des objectifs de performance nouveaux et toujours plus élevés. Parmi ces dirigeants, certains sont courageux (ou audacieux, ou stupides, ou manipulateurs) de prendre en compte des objectifs durables, et d'utiliser les ESG comme cadre pour aligner leur stratégie sur des "objectifs plus élevés/plus larges". Pour montrer qu'ils prennent en compte les impacts externes. Si certains ne font que communiquer, en interne et en externe, sur ces bonnes intentions, nous voyons au moins des signes de prise de conscience. Dans tous les cas, la position de leader dans les organisations n'a jamais été aussi difficile. Ceci est vrai dans tous les secteurs, y compris le monde de la finance !!!


Mais pourquoi est-ce un tel défi ?


Si l'on reprend le point de vue d'Otto Sharmer, l'une des raisons est que le système économique, comme tout autre système, a atteint une limite dans le sens où il ne peut que proposer "plus de la même chose", avec de vieilles recettes qui considèrent que les ressources sont illimitées et espèrent que "les arbres poussent jusqu'au ciel". Ce système est très égocentrique et vise à fournir des performances dans un nombre limité de dimensions (principalement financières, mais pas seulement) pour l'organisation elle-même.


Malheureusement, Madame ou Monsieur le PDG, votre organisation n'est pas seule dans le monde des affaires, et vous vous battez tous pour les mêmes ressources. Si vous continuez à agir de la même manière, votre organisation gagnera peut-être quelques batailles, mais générera tellement d'externalités négatives (pour ne pas parler de déchets ou dégâts) qu'elles auront inévitablement un impact sur vous et votre personnel à un moment donné. Parmi ces externalités, aucune ne peut être justifiée, et en particulier, la souffrance et la maladie de (vos) personnes et de la population en général sont inacceptables.


Quelle serait une approche alternative, afin d'atteindre le "bien-être pour tous" ?


La #Permaculture4Organizations est une approche alternative, c'est une façon de faire les choses à partir d'un nouveau paradigme, avec des outils, des principes et des valeurs différents. Cette approche, issue d'un nouveau mode de fonctionnement, et initiée à partir de notre réflexion personnelle, a un élément clé sous-jacent : " la conception du contexte permettra à toutes les ressources de fournir le meilleur d'elles-mêmes, de coopérer et de collaborer pour produire ce pour quoi elles sont faites, en pleine abondance. Et lorsque la production est récoltée, le champ et les ressources sont en meilleure forme et en meilleure santé qu'auparavant". Et ceci n'est pas seulement valable au sein de l'organisation, mais aussi dans tout l'environnement de l'entreprise. En effet, l'organisation qui applique les principes de la permaculture ne générera pas d'externalités négatives (une externalité négative serait celle dont on ne sait que faire, qui n'est pas une ressource pour une autre partie du système) et aura donc des impacts positifs en interne et en externe.


Ok, mais comment commencer ?


Tout d'abord, commençons par une définition. La permaculture peut être définie comme "une approche systémique qui permet de construire des (éco)systèmes vivants inspirés de la nature elle-même". Il s'agit d'une vision, d'une philosophie ou d'une approche, et non d'une technique. Dans cette philosophie, les dirigeants doivent être prêts à se défaire de leurs anciens manuels scolaires et des principes de gestion appris dans les écoles de commerce. Ils doivent prendre le risque d'être "à nouveau humains" et permettre à leur organisation de faire partie de la nature et de l'imiter, en appliquant les règles fondamentales de la nature. Ils doivent être prêts à faire preuve d'humilité. En tant que PDG, ils doivent être prêts à considérer leur organisation comme "un ensemble d'éléments vivants qui interagissent entre eux et avec ceux qui sont extérieurs à l'organisation, qui échangent de l'énergie et des matières premières pour se maintenir et se développer". De cette façon, il devient crucial d'observer mère nature, et d'arrêter de prétendre que les humains, et les PDG en particulier, sont (ou doivent être) plus intelligents qu'un système de la nature que les scientifiques étudient depuis de nombreuses années. C'est l'étape numéro deux : définir la vision.


Et quel est l'impact pour le PDG ?


Tout d'abord, la principale responsabilité du PDG sera de gérer l'énergie au sein de l'organisation. Il deviendra un "Chief Energy Officer" (ou un "Permacultor in Chief"). Les principales questions seront les suivantes : Quelle est la source d'énergie, quelle est la nature/qualité de cette énergie, qui/qu'est-ce qui la génère, comment s'assurer qu'elle est utilisée à bon escient, comment lui permettre de s'auto-générer, quels sont les échanges d'énergie (les liens),........ En permaculture, les éléments énergétiques sont l'eau, le soleil, ..... Quels sont les équivalents dans mon organisation ? C'est l'étape numéro trois : concevoir le contexte de la permaculture.


Ok, mais attendez une minute, où est l'étape numéro un ?


Globalement, et comme point de départ essentiel, le dirigeant doit reconnaître qu'il doit être prêt à "commencer par lui-même" : changez-vous. CEO, si vous voulez changer votre organisation, êtes-vous prêt à vous changer vous-même ?


L'étape initiale consiste à mettre en place les conditions qui permettront à ce changement de se produire, en reconnaissant que le changement se produira de toute façon, il serait peut-être préférable d'être proactif et non réactif : mettre en place les conditions du changement.

Les principales conditions sont les suivantes : (1) sortir du déni (arrêter de croire que le changement n'est pas pour vous) ; (2) oser être soi-même ; (3) aller voir toutes les parties de soi (même celles qu'on aimerait ne pas avoir) ; (4) aller au-delà des "solutions faciles" (comme "je vais avoir un projet de transformation numérique") ; (5) être optimiste, créatif et confiant ; (6) célébrer la vie et se placer dans son axe ; (7) choisir l'AMOUR comme moteur.


Ce sera le début d'un merveilleux voyage. Un voyage au cours duquel vous découvrirez les principes de la gestion de l'énergie, de la connexion avec la nature, de l'empathie, de l'intelligence émotionnelle, de la co-création, de l'intelligence collective, de la présence sociale, ... et d'autres outils et techniques permettant d'incarner la vision.


Si vous voulez en savoir plus sur la #Permaculture4Organizations, contactez-nous.


Êtes-vous prêts ?


(Article initialement publié le 21 novembre 2019, traduit et légèrement adapté le 23 novembre 2023)


34 vues0 commentaire